En savoir plus sur la peridurale

0
331

Si certaines mamans souhaitent accoucher de manière « naturelle », d’autres choisissent d’avoir recours à la péridurale lors de leur accouchement. Et bien justement, parlons-en de la péridurale, qu’est-ce que c’est ? Quelles sont les avantages et les inconvénients ? Nous répondons à toutes les questions sur le sujet.

La péridurale est une anesthésie qui permet d’enlever la sensation de  douleur, elle est surtout connue pour son utilisation lors des accouchements

ELLE VA AGIR SUR LE CORPS DE LA FUTURE MAMAN POUR L’INSENSIBILISER MAIS NORMALEMENT ELLE PEUT SENTIR L’ENVIE DE POUSSER ET SON BÉBÉ SORTIR. DE PLUS EN PLUS DE FUTURES MAMANS  CHOISISSENT D’AVOIR RECOURE À LA PÉRIDURALE

La consultation anesthésique

Vous allez devoir passer une consultation anesthésique au cours de votre 8ème mois de grossesse. Cette consultation va permettre de connaitre vos antécédents médicaux, de vérifier qu’il n’y a pas de contre-indication et de d’expliquer comment cela va se dérouler.

Quelles sont les conditions nécessaires pour bénéficier de la péridurale ?

Avant toute chose, le bilan sanguin que vous faite vers la 36 ème semaine de grossesse et celui que vous faite le jour de l’accouchement (quand vous arrivez) doivent être parfaits (aucune infection ni problème de coagulation) et vous ne devez pas avoir de fièvre. Pour éviter les chutes de tension pendant la péridurale on vous mettra avant une perfusion avec une solution saline. Quand l’anesthésiste arrive, la moitié de la poche doit être passée.

Comment se passe la pose de la péridurale ?

La pose de la péridurale peut se faire quand les contractions se rapprochent et que le col est suffisamment dilaté (au moins à 3 doigts). L’anesthésiste va vous demandez de vous asseoir sur le rebord du lit et de faire « le dos rond » (Certains anesthésistes préfère allonger sur le côté). La position est très importante. L’infirmière anesthésiste ou la sage-femme procède au lavage du dos avec de la Bétadine (pensez à prévenir si vous êtes allergique à l’iode).

L’anesthésiste pratique d’abord une anesthésie locale (comme chez le dentiste). C’est le moment le plus désagréable, ça peut brûler un peu. Pendant que le produit fait effet, l’anesthésiste prépare son matériel. Il pique dans le bas du dos entre deux lombaires avec une grosse aiguille dans laquelle est inséré un petit cathéter (petit tuyau très fin). Il monte ensuite le cathéter dans le dos de la future maman en fonction de sa taille. Il le relie à une pompe ou une seringue électrique qui va injecter en continue du produit analgésique jusqu’à la fin de l’accouchement.

Une pompe peut être installée pour permettre d’appuyer en fonction de vos douleurs et de délivrer de nouveau du produit analgésique. La première dose injectée est généralement faible afin de ne pas insensibiliser totalement le petit bassin et laisser ainsi des sensations à la future maman.

L’effet de la péridurale se fait généralement ressentir 15 à 20 minutes après l’injection et disparait dans les 2 heures qui suivent l’accouchement.

Quels sont les avantages de la péridurale ?

  • La péridurale évite l’anesthésie générale pour de nombreux cas (utilisation des forceps ou certaines césariennes par exemple).
  • Elle est utile quand l’accouchement est long et douloureux pour soulager la maman et l’aider à surmonter cette étape.
  • La péridurale peut parfois aider à accélérer la dilatation du col.

Quels sont les effets indésirables de la péridurale ?

Pendant l’accouchement

  • Si le dosage est trop fort, on peut ne plus rien sentir du tout et donc augmenter le risque d’avoir recours aux spatules ou forceps
  • Ralentir le travail
  • On peut avoir des nausées, des vomissements
  • On peut avoir du prurit (démangeaisons)
  • On peut ressentir des tremblements

Après l’accouchement

  • On peut ressentir des douleurs dans le bas du dos (au niveau de l’injection) pendant 24 h à 36 h après.
  • On peut souffrir de forts maux de tête pendant quelques jours surtout en position assise dus à une brèche.
  • Il existe un risque d’infection nosocomiale (très exceptionnel) en cas de péridurale.

Halte aux idées reçues : Non, on ne peut pas rester paralysée après une péridurale car l’analgésie ne touche à aucun moment la moelle épinière.